Nous contacter
Accéder à mon compte
Paule Vasseur

Tenues habillées chics et intemporelles

MARIAGE

Le dictionnaire du mariage : MARIAGE

Le mariage est l' union légitime de deux personnes. Il s'agit d'une institution sociale qui se manifeste de manière rituelle, juridique ou religieuse, et qui régit la formation et les règles de fonctionnement d'une communauté de vie. Cette institution a initialement pour but de fournir un cadre social et légal qui permette au couple de développer une famille et de perpétuer la société par sa descendance.

Si l'époux et l'épouse ne peuvent contracter un nouveau mariage tant que le premier est toujours valide, alors le régime matrimonial est dit monogame. Ce type d'union est présent notamment dans les pays de culture judéo-chrétienne. La polygamie permet à une personne de contracter plusieurs mariages dans le même temps. Dans un certain nombre de pays, notamment africains et arabes de culture musulmane, mais aussi chez les mormons, le mariage peut lier un homme avec plusieurs femmes, c'est la polygynie. La polyandrie quant à elle désigne le mariage d'une femme avec plusieurs hommes ; ce type d'union est pratiqué dans certains pays d'Asie.

Certains États ont institué un mariage homosexuel, qui unit des personnes de même sexe. C'est le cas par exemple en Afrique du Sud, en Belgique, en Suisse, au Canada, en Espagne ou aux Pays-Bas. La Californie, qui avait institué un mariage homosexuel le 15 mai 2008, a adopté par référendum le 4 novembre 2008 la proposition 8 qui inscrit dans la Constitution californienne que le mariage est conclu entre un homme et une femme.

La notion de mariage recouvre plusieurs réalités :

  • Le mariage est à la fois un acte personnel et un acte social.
  • Cette union peut être civil lorsqu'elle est actée par un officier d'Etat civil mandaté par l'État ou religieuse lorsqu'elle est actée par le prêtre d'une religion.
  • Le mariage est une union à vie dans certaines religions. Ou alors à durée indéfinie, ne s'achevant qu'avec le divorce ou après le décès de l'un des conjoints.

Le mariage implique en général des relations sexuelles entre les époux (devoir conjugal légalement obligatoire jusqu'à récemment dans la plupart des législations, et encore aujourd'hui dans de nombreux pays), la non consommation du mariage pouvant être une cause d'annulation de celui-ci.

Mariage dans la tradition juive :

Le mariage, alliance d'un homme et d'une femme dans le but de former une famille, est fortement réglementé par la religion judaïque ; tant dans les pratiques rituelles que dans le vécu des individus. De ce fait, une forte tradition se maintient dans les aires culturelles où cette religion a étendu son influence.

Le mariage est un acte religieux de sanctification et d'élévation. Devant l'Éternel et la communauté d'Israël, un homme et une femme acceptent de vivre ensemble dans l'amour et le respect mutuel, et de transmettre à leur descendance les valeurs traditionnelles. Le couple est alors comparé à un autel de sainteté. Le mariage juif orthodoxe est célébré selon de nombreuses coutumes et lois qui ont pour but de faire transparaître toute sa signification spirituelle et matérielle. Tous ces rites expriment à l'aide de gestes, de symboliques et de versets, le sens profond de l'union d'un homme et d'une femme, y compris l'établissement d'un certain nombre de contraintes qui se créent automatiquement entre les époux. Ces obligations relèvent notamment de la pratique religieuse, des obligations morales et des obligations pour l'homme de protéger sa femme. Selon la loi juive, trois devoirs incombe au mari : nourrir et vêtir sa femme, et la satisfaire au niveau des rapports conjugaux.

Autrefois, du temps des Hébreux, selon la règle du lévirat, lorsque le conjoint de la femme mourait sans avoir eu d'enfant, le beau-frère de celle-ci se devait de la prendre comme épouse. Le but était de donner de façon posthume une descendance au défunt par l'intermédiaire de son frère. Le mariage juif requiert un extrait d'acte de naissance, un acte de mariage des parents (kétouba), le livret de famille des parents, et le livret de famille des mariés, afin de prouver la judéité des futurs conjoints.
Pour commencer, les futurs époux doivent remplir un certain nombre de formalités avant le mariage. Ces formalités sont notamment destinées à définir si l'homme et la femme qui se présentent sont aptes à se marier selon les préceptes de la loi juive. Il est nécessaire de contacter le rabbin trois mois avant la cérémonie. Un dossier est établi et la femme et l'homme doivent ensuite suivre plusieurs cours avant le mariage. Ces cours portent sur des sujets notamment de pureté familiale selon la tradition juive, mais également sur le sujet de la vie en couple, afin de pouvoir transmettre aux futurs époux de précieux conseils pour leur nouvelle vie à deux. Après avoir achevé le cycle de ces cours, la femme sera autorisée à se rendre la veille du mariage au bain rituel (Mikvé).
Environ deux mois avant la cérémonie, les futurs époux doivent étudier dans le détail auprès d'un rabbin les lois dites de "pureté familiale" (Niddah). Il s'agit des lois régissant les rapports entre époux, l'un envers l'autre et séparément.

En général, les mariés ne se rencontrent pas durant plusieurs jours avant le mariage afin de pouvoir chacun méditer sur l'importance de l'acte qu'ils vont accomplir. Le jour du mariage est un jour extrêmement propice au repentir des fautes passées, à tel point que certains mariés jeûnent le jour de leur mariage et lisent à la place de la prière normalement récitée l'après-midi tous les jours de l'année, la prière que l'on récite le jour du Yom Kippour (grand pardon). Leurs péchés sont pardonnés ce jour-là car ils commencent une nouvelle vie à deux, et cela symbolise le fait que leur union est en quelque sorte la naissance d'une nouvelle âme. Les mariés sont considérés comme ayant un statut de roi et reine et ce durant un an, et particulièrement pendant les sept jours qui suivent le mariage. C'est pour cela qu'il leur est interdit de faire tout travail que ce soit, et donc les proches profitent de l'occasion pour accomplir une bonne action, tels des serviteurs qui servent leur roi : ils habillent les mariés avant la cérémonie, ils invitent à manger les jeunes époux durant les sept jours.

Le mariage juif est célébré sous le dais nuptial (Houppa). Cela symbolise le nouveau foyer qui est appelé sanctuaire pour l'Éternel. Le déroulement de la cérémonie se passe de la manière suivante: le rabbin qui officie se trouve sous le dais nuptial, le marié est invité à l'y rejoindre, et il vient accompagné généralement de ses parents. Ensuite, on invite à venir les personnes proches (parents, grands-parents, frères et sœurs), et enfin c'est la mariée qui est invitée. Elle s'arrête quelques mètres avant le dais nuptial, et le marié descend lui mettre le voile sur le visage. Ce geste symbolise le fait que le marié vérifie qu'il s'agit bien de sa femme et il la recouvre lui-même pour en être certain, ensuite il remonte suivi de sa future épouse.



Retour à l'index du mariage


© Copyright : borgoBot, DodekBot, DumZiBoT, GillesC, JAnDbot
Source : Wikipedia. Cet article est une version modifiée (par : Paule Vasseur),
sou
s Licence de documentation libre GNU consultable ici.